Comprendre la dyspraxie ou troubles d’acquisition des coordinations avec Pirouette Éditions

La dyspraxie est un trouble du développement moteur qui touche la planification, la réalisation, la coordination et l’automatisation des gestes volontaires.

La dyspraxie serait fréquente puisqu’elle concernerait près de 3 % des enfants. Environ un enfant par classe serait atteint de dyspraxie.

Les symptômes :

  • Quand il se prépare, il a du mal à s’habiller, se coiffer, préparer son cartable et/ou lacer ses chaussures.
  • Lors des repas, il éprouve des difficultés pour mettre le couvert et se servir à boire, et il se tache facilement.
  • Il fait tomber les objets et/ou les casse, et il manipule difficilement certains d’entre eux (clés, ciseaux, compas, règle utilisée pour tracer des traits, etc.)
  • Certains loisirs peuvent aussi être compliqués pour lui (ex.: jouer aux billes, pratiquer un instrument de musique). Il a du mal à envoyer et à attraper un ballon, il lui est difficile de pédaler, il préfère pousser avec les pieds, et ne peut faire de vélo sans stabilisateurs.
  • Il se fatigue vite, est maladroit, souvent isolé des autres et manque de confiance en lui.
  • A l’école, l’écriture est difficile car un enfant dyspraxique est également dysgraphique, c’est-à-dire qu’il a du mal à reproduire les formes graphiques. L’utilisation d’un ordinateur et d’une dictée vocale est très bénéfique pour l’aider à avancer dans sa scolarité.

Les origines de la dyspraxie :

Les causes sont sans doute multiples et encore mal connues. Dans certains cas, ce sont des lésions cérébrales, dues par exemple à une prématurité, un AVC ou un traumatisme crânien, qui sont à l’origine de la dyspraxie, que l’on qualifie alors de dyspraxie lésionnelle.

Dans les autres cas, c’est-à-dire lorsqu’il n’y a pas problème visible au niveau cérébral et que l’enfant est en parfaite santé, on parle de dyspraxie développementale. Et, dans ce cas, les causes sont plus floues. On sait que la dyspraxie n’est liée, ni à un déficit mental ni à un problème psychologique.

Évolution de la dyspraxie :

Les enfants ayant une dyspraxie progressent car les capacités motrices s’améliorent avec l’âge, mais des différences persistent au fil du temps, au moins pour les enfants les plus sévèrement atteints qui ne surmontent pas complètement leurs difficultés.

Ces difficultés sont plus importantes si l’enfant présente d’autres troubles des apprentissages (dyslexietroubles du langage oral…) ou un TDAH.

Que faire ?

Mettre en place très tôt des rééducations adaptées :

  • Orthophonie
  • Orthoptie
  • Ergothérapie
  • Psychomotricité
  • Soutien psychologique

L’enfant atteint d’un trouble de dyspraxie préfère les jeux d’imagination qu’il invente avec ses amis, et son esprit est vif dans ce domaine. Son langage oral est riche, il aime raconter des récits bien construits, et sa mémoire est bonne.

Bibliographie :

Sources :

  • https://www.france-assos-sante.org/2018/03/07/la-dyspraxie-un-trouble-meconnu-un-handicap-invisible-de-la-vie-quotidienne/
  • https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/dyspraxie-enfant/symptomes-diagnostic-evolution
  • https://www.dyspraxie.info/la-dyspraxie-cest-quoi/

2 thoughts on “Comprendre la dyspraxie ou troubles d’acquisition des coordinations avec Pirouette Éditions

  1. Bonjour, bel article. Il faudrait preciser que maintenant on parle de Troubles d acquisition des coordinations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.